Bienvenue à laMairie d'OYEM

Accueil > Infos Pratiques > Présentation de la ville  
 

Présentation de la ville

HISTORIQUE

APERCUS GENERAL DE LA PROVINCE DU WOLEU-NTEM

 La Province du Woleu-Ntem,laprovince la plus septentrionale du Gabon est découpée en cinq départements, à savoir :

  • Le Haut komo (Medouneu)
  • Le Haut Ntem (Minvoul)
  • Le Ntem (Bitam)
  • L’Okano (Mitzic)
  • Le Woleu (Oyem)

Elle a une superficie de 38.465 km² soit 14.4% du territoire national.

D’après le recensement de la population de 1993, le Woleu-Ntem compte 122.000 habitants.

C’est presque la seule province d’une homogénéité ethnique, car peuplée uniquement par les fang.

Plusieurs religions cohabitent, notamment :

  • Catholique
  • Protestant
  • Musulman, essentiellement les Haoussa venus du Cameroun.
  • Et de nombreuses autres églises dites de réveil y ont également pignon sur rue.

 

 APERCUS GENERAL DE LA VILLE

 Oyem est la Capital provinciale et chef-lieu du département Woleu.

  • Oyem bénéficie d’un positionnement stratégique sur la transafricaine, au centre d’une vaste région dont le dynamisme est reconnu de tous. Avec la CEMAC qui se met progressivement en place et l’ouverture des frontières, ce sont autant d’atouts qui vont booster l’économie et le tourisme de la sous-région en général et de la Commune d’Oyem en particulier.
  •  L’histoire d’Oyem est liée à l’épopée Fang d’abord, puis à la conquête coloniale française et allemande. Le nom Oyem viendrait d’un arbuste servant à fabriquer des arbalètes. Parmi les tributs fang, descendues du Nord et peuplant les plateaux du Woleu-ntem, les «Essatoua », commandés par MBENG MINTSA, s’implantèrent à l’emplacement de la futur ville. Oyem est fondée par les français en 1904 autour d’un arbre baptisé Nkoum-Ekieigne, mât de fer, situé à l’emplacement de l’actuelle place de l’indépendance.

         Un temps Allemand, le Woleu- Ntem redevient français ensuite.

         Après une certaine prospérité, Oyem voit son rôle décliner au profit de Bitam à la fin de la seconde guerre mondiale.

 

RENAISSANCE DE LA COMMUNE

  • Le renouveau s’annonce en 1963, après l’indépendance, lorsque la ville est érigée en commune de plein exercice. Elle bénéficie de travaux d’urbanisation et d’électrification. Elle  s’étend, alors que l’activité économique reprend. Les fêtes tournantes de l’indépendance, célébrées en 1978 sont l’occasion des grands travaux de rénovation urbaine : routes bitumées, place de l’indépendance, Hôtel Mvet palace, bâtiments administratifs, la stèle et la et la tribune officielle refaite en 2005.
  •  En 1996, la ville s’étend de nouveau et le périmètre urbain englobe d’anciens villages comme Angone, Odzip Andome, Ngouéma, Mekom, Endomo, Essong, Elone….
  •  Population: 60 000 Habitants selon le recensement de 1993.
  •  Administration municipale :

            Depuis 1996, Oyem est divisée en deux arrondissements et vingt-huit (28) quartiers dont quatorze (14) par arrondissements.

            Le Conseil Municipal actuel est composé de trente-neuf (39) conseillers élus à la proportionnelle, au suffrage universel direct.

 

  • Différentes mandatures des maires depuis 1963 :
    • Bernard OBIANG ………………………………    1963-1971
    • M. Salomon MEDZAGUE …………………..   1971-1976
    • M. Gérald  NGUEMA GASTON…………..    1976-1996
    • M. Vincent ESSONO MENGUE …………..   1996-2008
    • Me. Rose ALLOGHO  MENGARA…………   2008-2013
    • M. Vincent ESSONO MENGUE…………….  Mandat en cours depuis février 2014.

 

 POTENTIALITES

 Economie :

  • Oyem est une ville d’avenir qui ne demande qu’à être investie des opérateurs de toutes tailles et de toutes natures. Quelques grandes entreprises y sont implantées des succursales. Mais en réalité son économie repose encore essentiellement  sur les services administratifs déconcentrés.

 

  • Ses atouts
  • Sa population qui fait d’elle l’une des plus importantes du pays,
  • Le dynamisme de celle-ci, dont la culture est basée sur la compétition et l’excellence,
  • Un climat doux pour ne pas dire plus frais en tout cas bien moins chaud que dans le reste du pays.

Tourisme :

  • Oyem est situé à 100 km de la frontière avec le Cameroun et à 40 km de la Guinée Equatoriale. Ce qui constitue un atout dans la mesure où, l’on peut visiter trois pays en un seul voyage.
  • Oyem compte deux lacs en plaine ville qui ne demande qu’à être aménagés.

 

  • Dans les environs immédiats d’Oyem, on peut visiter les forets qui entourent la ville et les monuments, les monts koum, nko’o, Effot à Medouneu ; les grottes et le mont Ongogo’o de Yeffa.
  • On peut également visiter de grands villages dont la conception reflète la culture fang.

 

  • Des hôtels et restaurants de toutes catégories :
Hôtel Nombre de chambres Contact
Mvet-Palace    
Minkébé    
Complexe Yia    
Môtel le Fitoria    
Saint Hélène    
Baron    
Presti-Délices    
Puits-d ‘amour    

Transport :

  • Déserte par avion, trois fois par semaine, de les compagnies :
    •  la Nationale,
    • Afric’Aviation.
  • Quatre agences de transport  terrestre interurbain :
    • Major Transport,
    • Voyage et loisir des tropiques,
    • Transporteur voyages,
    • Le Transporteur.

 Education :                               

  • 18 Ecoles primaires publiques.
  • 8 Ecoles primaires privées laïques.
  • 5 Collèges et lycées publiques.
  • 5 Etablissements privés.

 Santé :

Etablissement sanitaire

Nombre de lits

Contact

Centre Hospitalier Régional d’Oyem (CHRO) 

150

 

Clinique Sainte Paulette

 

 

Clinique OKEVELE

 

 

 

 

 

 

 

 

 Agriculture :

  • Le Woleu-Ntem, jadis mamelle du Gabon,est aujourd’hui presque dépendante du Cameroun. Mais une prise de conscience est petit-à- petit entrain de s’opérer.Le conseil municipal d’Oyem n’est pas en reste. Il souhaite lancer son projet ceinture verte en partenariat avec le PDAR et FIDA.

 

Publié le : 17 / 01 / 2017

Maire de la commune de OYEM
 -
OYEM en images
Visiteur
Dernière mise à jour : 17/01/2017